A la limite du rock instrumental, de la musique électronique, du mezoued stylisé et de l’underground tunisien, l’album “Adheka Elibik” a pris forme dans une Tunisie actuelle et tournée vers le monde.

Vipa incarne dans cet opus un personnage dont on a envie de cerner l’histoire. Les dix titres qui composent l’album « Adheka Elibik » proposent de retracer des expériences de vie et des réalités sociales que l’on entend finalement peu dans le rap tunisien.

Fidèle à son vocabulaire abracadabrant, Vipa revient avec du solide, qui part de ses racines, tout en projetant des textes travaillés sur des sonorités « nouvelle génération ».

Sans faire un rap qui tâche et en s’éloignant des beats commerciaux vaseux ; il nous propose ici une belle composition qui devrait combler les fans de longue date.

Le rappeur s’axe toujours plus sur sa performance vocale et sur la recherche de nouvelles énergies sonores. Avec son blaze accrocheur, Vipa ne met pas juste des mots sur de la musique mais plutôt une crédibilité, des messages singuliers, jeux de mots et rap peu convenu, il révèle son premier album solo avec un flow sec et une modération dans l’attitude.